Etre un bon enseignant se travaille et passe tout d’abord par une bonne connaissance de son domaine d’action mais aussi de sérieuses notions de pédagogie.

Maîtriser son sujet et savoir le transmettre sont deux choses différentes.

Dans un coaching, la métaphore est un moyen linguistique efficace qui consiste à employer des termes imagés afin d’ouvrir d’autres perspectives à l’élève.


Trouvant ses origines étymologiques dans le grec, la métaphore signifie «porter au-delà», «transporter». C’est une figure de style fondée sur l’analogie. Elle désigne une chose par une autre qui lui ressemble ou partage avec elle une qualité essentielle et permet donc de créer des changements dans nos comportements tout en contournant les résistances. Par sa nature et ses caractéristiques, la métaphore s’inscrit très bien dans une action de coaching : en écoutant une métaphore, l’élève prend plus facilement conscience des meilleures solutions qu’il possède en lui.

La métaphore occupe une place importante dans la vie quotidienne, dans la façon de communiquer et dans la façon d’appréhender les expériences. Pour Lakoff & Jonhson, la métaphore a le pouvoir de faire comprendre une expérience dans les termes d’une autre. La perception est essentiellement construite par des métaphores qui dépendent de l’expérience physique et culturelle. Le système métaphorique est de ce fait à la fois ce qui structure le monde et ce qui permet de le comprendre.

En effet, lorsque l’élève se trouve enfermé dans un comportement, il a du mal à envisager d’autres solutions et à avoir une autre vision de sa problématique. L’art de la métaphore en coaching permet d’établir des liens avec  des images et des situations qui sont à la base totalement différentes. La solution peut apparaître spontanément à travers cette métaphore. 

La métaphore présente plusieurs atouts lors de son utilisation et va permettre à la personne coachée d’accéder et d’utiliser les ressources nécessaires pour franchir une problématique ou atteindre un objectif :

  • Premier atout : elle sort la personne de l’utilisation de l’hémisphère gauche, hémisphère qui est celui du rationnel, de l’analyse, du raisonnement et ouvre la porte davantage sur l’hémisphère droit  qui favorise un traitement plus holistique, panoramique de l’information,  de l’espace, et des émotions….en rappelant que nous mobilisons nos deux hémisphères en permanence.
  • Deuxième atout : la personne est décentrée de sa problématique sur laquelle elle peut avoir tendance à s’enfermer. La métaphore ouvre donc une nouvelle fenêtre pour respirer un air rafraîchissant et contempler un autre paysage.
  • Troisième atout : la créativité, l’usage d’une métaphore peut entrainer la personne qui l’entend à se l’approprier et à la prolonger avec ses propres représentations.

Lors de mon apprentissage, différentes personnes que j’ai croisé et qui ont compté m’ont donné certaines de ces métaphores, qui m’ont beaucoup apporté. De fait, j’ai essayé moi-même d’en trouver pour aider mes élèves à passer un cap.

Vous désirez les connaître ? Rendez-vous sur notre page Facebook « E-Riding Solutions by Nicole Favereau », je suis sur le point de vous en livrer quelques-unes… 

Sources : Michel Bernard   mister-aidant.over-blog.com
BUCHER C. / METRY M. / STEINHAUER C.tecfa.unige.ch


Leave a Reply